LES MÉRIDIENNES DU MONDE ET LEUR HISTOIRE par Andrée Gotteland (*)

Andrée Gotteland - les méridiennes du monde       Présentation par la commission des cadrans solaires

Précisons que l'éditeur ne diffuse pas ses livres en librairie, mais uniquement par souscription, puis mise en vente par correspondance sur son site internet.

Le livre est maintenant disponible sur le site de : manuscrit.com
         -soit en version imprimée à 78 Euros plus frais d’envoi.
         -soit en version PDF, d’un prix, 15,80 Euros, beaucoup plus raisonnable.
Dans les deux cas, le paiement direct, par carte bancaire, sur Internet est possible.

PRÉFACE

    Si le gnomon a été un des principaux instruments astronomiques de l’Antiquité, on peut considérer que les méridiennes en sont le prolongement sophistiqué, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. L’étymologie du mot « méridienne » contient implicitement tout ce qui se cache derrière : la méridienne permet de déterminer midi. Mais ce n’est pas seulement l’heure que mesure une méridienne, car le midi solaire est l’instant où l’on peut accéder directement à des éléments fondamentaux dans le mouvement annuel du Soleil, à savoir sa déclinaison, l’obliquité de l’écliptique, les dates des solstices et des équinoxes.

Dès le XVIe siècle, les méridiennes sont associées à la réforme du calendrier, rôle qu’elles poursuivront au siècle suivant en servant notamment d’instrument de vérification. Les méridiennes deviennent donc « intérieures » et ornent désormais cathédrales ou observatoires, prenant des dimensions considérables.

Á partir du XVIIIe siècle, elles permettent en plus de lire le midi moyen grâce à l’adjonction d’une courbe en huit. C’est par la suite qu’on leur fit indiquer toutes sortes de midis.

Les méridiennes n’ont pas perdu de leur intérêt puisqu’il s’en construit toujours. Certes elles ne servent plus à déterminer les constantes de l’astronomie de position, mais elles gardent un charme indéniable et suscitent la curiosité des visiteurs qui s’étonnent des apports d’un instrument aussi ingénieux puisqu’il se compose la plupart du temps d’une seule ligne.

C’est certainement cette simplicité apparente qui rend si populaire cette variété de cadran solaire. Il était donc nécessaire de leur consacrer un ouvrage, qui traite à la fois de leur histoire, de leur fonctionnement, de leur utilité, de leurs « produits dérivés » et de leur recensement. En résumé, il fallait une somme.

C’est à cette tâche considérable que s’est attelée, pendant des années, Andrée Gotteland. Il est bien évident qu’on ne s’engage pas dans un tel travail sans un réseau de personnes efficaces, à commencer par tous les chasseurs de la Commission des cadrans solaires dont le butin constitue un noyau de départ déjà conséquent. En recensant les méridiennes de 28 pays, Andrée Gotteland a aussi choisi de décrire les canons méridiens, les time-balls, les lunettes méridiennes et autres instruments méridiens qui donnent l’heure de midi.

Cet ouvrage est donc à la fois un guide et un instrument de travail qui restera longtemps une référence incontournable.


                                Denis Savoie
                                Président de la Commission
                                des cadrans solaires

Les autres livres de Andrée Gotteland

livre cadrans Paris cadrans Paris haute-savoie
ISBN 2-271-05533-4 ISBN 2-271-05939-9 ISBN 2-7449-0443-0
Cadrans solaires de Paris. Cadrans solaires et  
méridiennes disparus de Paris.
Cadrans solaires de Haute-Savoie

Auteur : Andrée Gotteland Edisud 
Auteurs : Andrée Gotteland avec les dessins des cadrans calculés par Georges Camus CNRS édition